Visa – carte Visa Electron

La Carte Visa Electron est une carte bancaire à autorisation systématique.

C’est une carte de paiement d’entrée de gamme, destinée aux populations à risque de défaut bancaire. Elle a la particularité de déclencher une demande d’autorisation à chaque usage, quel que soit le montant de la transaction. Elle ne dispose pas d’embossage (numéro en relief) et ne peut être utilisée que dans les terminaux de paiement électronique capables d’effectuer des demandes d’autorisation.

Son tarif est généralement moins élevé que la carte bleue Visa classique, bien que son utilisation soit plus coûteuse pour les banques et commerçants (à cause de la demande systématique d’autorisation). Selon les banques, elle peut bénéficier des mêmes assurances et assistances que ses grandes sœurs Visa classiques, ou bien être commercialisée sans assurance ni assistance comme à La Banque postale afin de réduire les cotisations annuelles.

Cependant, les retraits « déplacés », c’est-à-dire effectués dans un distributeur d’un autre réseau que celui de la banque émettrice, sont souvent payants, et ce dès le premier retrait (généralement 1 € par retrait déplacé dans les DAB de la zone euro). Elle peut par conséquent revenir plus cher à l’année qu’une carte traditionnelle.

Les plafonds de retrait et de paiement, calculés sur 7 jours ou 30 jours glissants sont en général peu élevés mais il est toujours possible de négocier les plafonds avec la banque émettrice.

Certaines banques la rebaptisent et lui donnent un nom commercial différent, par exemple Realys à La Banque postale ou Sensea à la Caisse d’épargne.

Cette carte n’est pas très répandue et n’est pas distribuée dans tous les pays. En Suisse par exemple elle n’est pas commercialisée.